BERNACHE CANADIENNE
Branta Canadensis
L. 22.0 à 40.0po.


Cette espèce présente de nombreuses différences selon sa distribution géographique: la sous-espèce minima est la plus petite oie qu'on trouve au Canada et la sous-espèce maxima, la plus grande. Bien que la coloration des diverses sous-espèces soit aussi variée, ces dernières ont toutes un agencement semblable de couleurs, Les adultes de la B"C" intérior ont la tête et le cou noirs avec une large tache blanche sur chaque joue ces deux taches blanches se rejoignent sous la gorge; les partie supérieures du corps et les ailes sont brun grisâtre, les plumes étant légèrement bordés de blanc brunâtre; le croupion est noirâtre; les tectrices supérieures de la queue sont blanches, mais la queue elle-même est noire; les parties inférieures du corps sont gris brunâtre,
mais le bout des plumes est plus pâles;les cotés et les flancs sont généralement de teinte plus foncée; la partie postérieure du ventre et les tectrices inférieures de la queue sont blanches; les plumes de la poitrine sont larges et à bout carré; le bec et les pattes sont noires et les yeux bruns. Les juveniles, le premier automne et en hiver, sont pareils aux adultes, mais les plumes de la poitrine sont plus étroites , plus duveteuses et leur coloration terminale est moins marquée.

Mensurations: le male adulte: aile 430.0-473 (456.8), queue 131.0-149.0 (143.9) culmen exposé 46.0-55.5 (50.7) tarse 81.0-91.5 (89.1) La femelle adulte: aile 427.0-467.0 (445.5)mm.

L'Habitat:Cette espèce niche dans une vaste étendue, d'aspect écologique très varié; dans les régions boisés ou dénudés d'arbres, variane depuis les prairies et les plaines de l'ouest, les plaines cotières de l'Arctique jusqu'aux régions montagneuses. Elle niche à proximité de l'eau, près des lacs, des étangs, des cours d'eau importants, dans les marais, dans les muskegs et dans les plaines accidentées de l'Arctique. Elle cherche souvent sa nourriture dans la toundra òu abondent les fruits sauvages, notamment les airelles et la catamine noire. Durant les migrations, on la rencontre sur les lacs, les rivières, les étangs d'eau douce et d'eau salée du littoral, dans les baies, dans les champs herbeux et dans les chaumes.

La nidification Le nid est ordinairement construit sur le sol, près de l'eau, de préférence sur un ilôt, sur une hutte de castor ou de rat musqué; parfois dans un arbre, dans le nid d'un rapace ou d'un autre grand oiseau ou encore sur une corniche de rocher. Le nid est une dépression dans le sol, garnie à l'intérieur, d'une couche plus ou mois épaisse de branchettes ou d'autres matières végétales receuillies dans les environs, et tapissée d'une couche de duvet. Il y a ordinairement de 4 à 6 oeufs blancs, souvent souillés, que la femelle incuble pendant que le mâle monte la garde. L'incubation dure 25 ou 25 jours.

L'aire de dispersion au Québec La bernache canadienne niche depuis le nord de la province jusqu'au sud de la Baie James (iles jumelles et Charlton) au centre et au sud-est du Québec (Lac Albanel, Natashquan, ile Anticosti, Blanc-Sablon et en quelques endroits plus au sud)

Observations d'intérêt particulier La plupart des gens regardent cet oiseau voler haut dans le ciel lors de ses migrations du printemps et de l'automne, et dont d'avis que c'est un spectacle saissisant et émouvant.
Ces oiseaux s'accoupent ordinairement pour la vie, mais si l'un des oiseaux du couple meurt, il est possible que l'autre se trouve une nouveau compagnon.